Imprimer Imprimer Partager Partage
Facebook Twitter Google +

Mobiliser les esprits : Comment encadrer un peuple en guerre ?

juil 24, 2014
admin

La victoire coûte que coûte ! Ce mot d’ordre du gouvernement passe d’abord par un contrôle de l’opinion et des consciences. Afin de mobiliser et d’orienter les esprits, les autorités civiles et militaires censurent les journaux. En Loire-Inférieure, à partir de février 1915, une commission militaire se réunit au château de Nantes deux fois par jour afin de censurer la presse : elle relit les articles avant leur parution, puis les journaux une fois imprimés avant distribution.

Par ailleurs, une étroite surveillance de la population est organisée par le préfet qui veut, par le contrôle de la circulation des idées, prévenir et réprimer les mouvements sociaux. Des rapports sur l’état d’esprit de la population sont ainsi établis chaque mois.

La propagande enfin propose un discours simplificateur, visant à inculquer dans la population des « vérités » simples qui s’apparentent à un « bourrage de crâne ». Le discours sur la guerre évolue. Celle-ci est rapidement présentée comme un conflit de civilisation opposant la démocratie contre la barbarie et non plus seulement une revanche de la guerre perdue en 1871.

Toutes ces mesures d’encadrement des consciences répondent à plusieurs objectifs : assurer l’ordre et soutenir le moral des civils comme des soldats, empêcher la diffusion d’informations stratégiques, éviter de voir se développer le défaitisme. De fait, les mots d’ordre contre la guerre, les appels à la révolution, à l’image de ce qui se passe en Russie, fleurissent peu à peu chez des soldats qui expriment leur lassitude du conflit, leur peur et leur colère, particulièrement en 1917.